La chirurgie

Hystérectomie

L’hystérectomie est une intervention chirurgicale consistant à retirer une partie ou la totalité de l’utérus.

Cette intervention peut s’accompagner du retrait :

  • du col de l’utérus : le col produisant une grande partie des sécrétions lubrifiantes du vagin via les glandes de Skène, ces dernières peuvent se réduire grandement suite à l’intervention.
  • des ovaires : cela engendre une ménopause, entraînant une chute du niveau d’œstrogènes.

Un quart des patientes ayant subi une ablation de l’utérus souffrent par la suite de sécheresse vaginale. Cela est due à la modification du trajet des vaisseaux sanguins et/ou des terminaisons nerveuses qui déclenchent les sécrétions.

Vulvectomie

Dans des cas de cancers de la vulve, il nécessaire de retirer tout ou partie de la vulve : petites lèvres, grandes lèvres, clitoris, glandes de Bartholin, ganglions lymphatiques de l’aine. Cette opération est souvent lourde de conséquences pour la femme et pour le couple, les sensations lors des rapports pouvant être affectées par l’ablation des zones érogènes. L’ablation des glandes de Bartholin peut égaler engendrer une sécheresse.

Ovariectomie

En cas d’ovariectomie sur un seul ovaire, les cycles et la fertilité de la patiente ne sont pas perturbés. L’ablation des deux ovaires entraîne une ménopause précoce (si la femme n’est pas ménopausée) et cause les mêmes effets secondaires que la ménopause, y compris la sécheresse vaginale

Autres opérations chirurgicales

D’autres interventions chirurgicales peuvent entraîner une sécheresse vaginale. C’est le cas notamment des interventions chirurgicales colorectales, même si l’opération ne porte pas directement sur le vagin. Il en est de même pour les techniques empruntant la voie endovaginale, comme la pose de bandelettes pour l’incontinence urinaire. Il est donc indispensable de préparer la paroi vaginale avant l’opération afin de prévenir certains risques comme des douleurs, des brûlures, démangeaisons ou différentes sortes d’infections. En cas de douleurs lors de rapports après l’opération ou de sténose vaginale, l’utilisation de dilatateurs vaginaux en silicone souple peut favoriser une reprise des rapports sans douleur.

Mutilations génitales

Les mutilations génitales (excision, rétrécissement de l’orifice vaginal, etc.) entraînent des complications à long terme sur la santé et la vie sexuelle des femmes qui les subissent. Les glandes vulvaires peuvent être endommagées causant des problèmes de lubrification du vagin. Ces troubles peuvent être soulagés grâce à l’utilisation de gels lubrifiants et de gels à base d’acide hyaluronique. On recense également des douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunie) qui peuvent être traitées grâce à l’utilisation de dilatateurs vaginaux en silicone, dans les cas de rétrécissement de l’orifice vaginal notamment.

Notre équipe est formée
pour répondre
à vos questions !